France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]
Suivez nous sur :

« Repentance, toujours et encore ! » Macron cherche à apaiser sa relation avec les pieds-noirs d’Algérie

Le chef de l’Etat, qui avait qualifié en 2017 la colonisation de « crime contre l’humanité », reçoit des représentants de rapatriés d’Algérie pour porter « une parole de reconnaissance ».

Image d'illustration

Les campagnes présidentielles se suivent et ne se ressemblent pas. Le 15 février 2017, à un peu plus de deux mois de l’élection qui le verra devenir chef de l’Etat, Emmanuel Macron déclenchait un tollé en déclarant, lors d’un déplacement en Algérie, que la colonisation représente, à ses yeux, « un crime contre l’humanité ». « C’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes », assurait alors l’ancien ministre de l’économie dans un entretien à la chaîne algérienne Echorouk TV. « Trahison ! », dénonçaient, quelques jours plus tard, des associations pieds-noirs en marge d’un meeting que le candidat organisait à Toulon, ville hôte de nombreux rapatriés au lendemain de la guerre d’Algérie, en 1962.

Un quinquennat plus tard, le contexte électoral se répète, à l’approche du scrutin présidentiel des 10 et 24 avril, mais la partition varie. Le président de la République devait recevoir à l’Elysée, mercredi 26 janvier, des représentants de « la grande famille des rapatriés d’Algérie », pour reprendre l’expression d’un de ses conseillers. Aux côtés d’associations, le chanteur Enrico Macias, l’actrice Françoise Fabian ou le cinéaste Alexandre Arcady, entre autres, étaient attendus au palais présidentiel, tout comme les maires de Nice, Christian Estrosi, et de Montpellier, Michaël Delafosse, deux cités-phares de cette communauté. En communiquant cette liste à la presse, mardi matin, l’Elysée s’est, en revanche, gardé de préciser que le maire de Béziers (Hérault), Robert Ménard, soutien de la candidate du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, a, lui aussi, reçu, selon nos informations, un carton d’invitation.


(SOURCE) : lemonde.fr SOURCE / LIRE L'ARTICLE COMPLET

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01topinfo.fr ®