France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]
Suivez nous sur :

[VIDEO] Isabelle Carré : le coup de gueule de l'actrice face à Gabriel Attal dans On est en direct

Invitée sur le plateau d'On est en direct ce dimanche 14 novembre, l'actrice Isabelle Carré n'a pas hésité à dire ce qu'elle avait sur le coeur au porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Image d'illustration

La crise du Covid-19 a mis en lumière les difficultés du milieu hospitalier. Invitée sur le plateau d'On est en direct, sur France 2, ce dimanche 14 novembre, Isabelle Carré semble très préoccupée par ce combat. Il faut dire que depuis l'arrivée du coronavirus et toutes les hospitalisations que cette maladie a engendrées, des milliers de Français ont dû se rendre à l'hôpital, parfois pour des formes très graves de la maladie pouvant aller jusqu'à la réanimatio

Et l'actrice française n'a pas hésité à interpeller le porte-parole du gouvernement , Gabriel Attal, sur ce point précis. Alors que ce dernier commençait tout juste à prendre la parole, en disant : "Il faut du temps pour former des médecins et des soignants", Isabelle Carré lui a directement coupé la parole, en haussant le ton : "Il faut peut-être aussi arrêter de supprimer des lits", s'est-elle emportée.



Isabelle Carré : "Les hôpitaux ne sont pas faits pour être rentables !"

Logiquement très calme, Gabriel Attal a continué à expliquer : "La fédération hospitalière de France a fait une étude sur ce sujet là, ce n'est pas 20, mais 6%. On ne supprime pas de lits pour des raisons budgétaires, on en rouvre. Le ségur de la santé c'est 9 milliards d'euros pour ouvrir des lits...". Et ce dernier point n'a pas du tout plus à Isabelle Carré, qui a une nouvelle fois coupé le porte-parole du gouvernement. "Les hôpitaux ne sont pas faits pour être rentables !"

Mais une nouvelle fois, Gabriel Attal a préféré botter en touche, préférant continuer calmement son argumentation : "Nous avons fait le plus gros plan de revalorisation des hôpitaux publics de l'histoire, avec une augmentation de 200 à 400 euros pour toutes les personnes qui y travaillent. Cette crise a montré les fragilités de ce système".Mais une nouvelle fois, Gabriel Attal a préféré botter en touche, préférant continuer calmement son argumentation : "Nous avons fait le plus gros plan de revalorisation des hôpitaux publics de l'histoire, avec une augmentation de 200 à 400 euros pour toutes les personnes qui y travaillent. Cette crise a montré les fragilités de ce système".


(SOURCE) : closermag.fr SOURCE / LIRE L'ARTICLE COMPLET

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01topinfo.fr ®